Revue de l’imprimante 3D Zonestar P802QR

Revue de l’imprimante 3D Zonestar P802QR

Il y a quelques jours, j’ai cherché une imprimante 3D sur Gearbest. Une imprimante avec un double extrudeur serait bien pour que nous ayons aussi un petit quelque chose à démontrer à nos lecteurs. Vous avez alors la possibilité d’imprimer avec deux couleurs différentes en même temps, ou d’utiliser un filament soluble dans l’eau pour les supports, etc.

Sur Gearbest, il est possible d’acheter des imprimantes entièrement assemblées, ou ce que l’on appelle des KIT, qui doivent ensuite être montés par vous-même avec un manuel PDF / Youtube et sont quelques euros moins chers.

La Zonestar P802QR2 est l’un de ces KIT de bricolage et arrive en Allemagne pour seulement 226 euros. Le prix est naturellement si bas car l’imprimante doit être vissée et cela peut prendre 3 à 4 heures.

Quelques détails sur le Zonestar P802QR2

    • 2 extrudeuses et peut donc imprimer en deux couleurs
    • Boîtier en métal
    • Carte mémoire et port USB pour le transfert de données
    • Chinois, anglais, portugais, espagnol et allemand
  • Matériaux pris en charge : ABS, PLA flexible, PETG, PLA, PVA, bois
  • Taille d’impression : 220 x 220 x 240 mm
  • Poids : environ 9 kg
  • Basé sur la Preprap Prusa I3

Dans mon cas, le colis a été envoyé via Londres. C’est pourquoi je n’ai probablement pas eu à m’occuper de la douane, mais j’ai simplement dû attendre 21 jours pour l’expédition. Plus de la moitié du temps, le colis traînait à Londres sans que l’application de suivi ne fournisse d’autres informations sur ce qui se passe avec lui.

Je soupçonne qu’ils attendent que plusieurs colis partent pour l’Allemagne afin d’économiser sur le transport. Mais si on prévoit cela dès le départ, le temps d’attente n’est pas grave.

Les vidéos sur le net du montage d’une imprimante sont souvent enregistrées sous forme de time lapse et donnent l’impression que tout est très simple. Un premier déballage des pièces vous fait un peu froid dans le dos :

Et bien, que diable – allons-y ! Absolument tous les outils pour le montage sont inclus dans le paquet. Pince, tournevis, pince à épiler, clé Allen, serre-câbles, etc. Sur la carte SD, qui pourra être utilisée ultérieurement pour transférer les données d’impression, se trouvent des instructions sous forme de PDF, des fichiers de démonstration pour tester l’imprimante ultérieurement et bien d’autres choses encore .

Faites un peu de recherche sur YouTube et vous trouverez quelques autres vidéos dans lesquelles l’imprimante est vissée ensemble. Nous avons également réglé le téléphone portable sur timelapse et enregistré la vidéo suivante (4 minutes de 4 heures de travaux manuels).

Pour le bon ordre, il faut préciser que nous étions deux et que la dernière heure a été consacrée à la gestion optionnelle des câbles (codage couleur des câbles à l’aide de ruban adhésif). L’imprimante aurait très bien pu être montée en un peu plus de deux heures.

Montage du Zonestar P802QR2 dans la vidéo

https://www.youtube.com/GdyldvC3F9Y

Sur la vidéo, vous pouvez voir brièvement que je n’ai pas seulement utilisé les instructions PDF, mais que j’ai également fait des recherches sur Google avec mon téléphone portable et sur YouTube. Les instructions PDF ci-jointes sont très détaillées, mais il manque ici et là l’une ou l’autre partie.

Par exemple, les sacs sont étiquetés avec des lettres et des chiffres, mais les instructions ne mentionnent pas une seconde l’un de ces noms. Ensuite, les moteurs pas à pas sont presque tous les mêmes, mais deux d’entre eux ont un arbre d’entraînement plus court. Ni dans les vidéos ni dans le PDF, je n’ai pu voir où ces moteurs devaient être placés. Il faut donc essayer.

Quelques pièces ont également été créées avec une imprimante 3D. Malheureusement, l’une d’entre elles présentait déjà une fissure dans mon cas. Lors de l’enfilage dans l’un des axes qui guident la tête d’impression, la page est alors presque entièrement déchirée. Rien qu’un peu de superglue ne puisse sauver, mais c’est un peu embêtant.

Les imprimantes DIY ou KIT sont des objets ringards à mes yeux et en aucun cas comparables à des imprimantes comme la Dremel .

L’alimentation électrique est simplement vissée sur le côté et possède un marquage CE et un rabat qui couvre les connexions, mais en gros, le 220V passe par là et je ne pense pas que cela passerait les autorités chez nous .

Mais continuez … Tout d’abord, les moteurs pas à pas sont dotés des extrémités appropriées. L’un pour transporter une courroie trapézoïdale, l’autre pour transporter le filament, etc.

Ensuite, l’écran est vissé dans la prise et le cadre de l’imprimante est vissé ensemble. À côté de l’écran se trouve un pavé de commande à 5 voies qui vous guide dans le menu de l’imprimante. Ce dernier est simple, il peut même être réglé en allemand et est en grande partie explicite.

L’image suivante montre l’écran avec les informations affichées pendant le processus d’impression. E1 et E2 signifient extrudeuse, suivis des températures correspondantes et, en dessous, de la progression de l’impression.

Le châssis est d’ailleurs l’un des avantages de cette imprimante. L’imprimante est basée sur la Prusa i3 de Preprap et possède un boîtier métallique au lieu du boîtier en plastique souvent utilisé. Celui-ci est beaucoup plus stable et moins enclin à se tordre.

Une fois les moteurs installés et le cadre vissé, le câblage est pratiquement terminé. Vissez le bloc d’alimentation au boîtier, vissez le circuit imprimé au boîtier, vissez les capteurs d’arrêt d’urgence pour les axes respectifs et vissez la tête d’impression avec les capteurs de température correspondants.

Connectez le tout à la carte et c’est parti pour le premier essai. Nous avons commencé sur la terrasse pour la première fois parce que c’était une sensation un peu étrange avec les câbles et l’alimentation électrique, etc. Au final, il s’est avéré que tout ce qui était électronique fonctionnait.

Le processus d’impression lui-même était encore un peu un défi. Nous avions reporté cette partie au lendemain matin parce qu’après 4 heures de vissage, il n’y avait tout simplement plus le repos nécessaire pour le travail d’ajustement, etc.

Comme nous l’avons dit plus haut, nous n’étions pas sûrs d’avoir installé correctement les moteurs pas à pas, nous les avons reconstruits trois fois au total jusqu’à ce que nous ayons finalement tout remis à zéro et que l’imprimante fonctionne enfin.

Nous sommes super heureux et fiers qu’elle imprime si délicatement et même qu’elle imprime tout court. Vous n’êtes pas si sûrs quand vous vissez ensemble pour la première fois. 🙂

Mais tout a fonctionné ! Entre-temps, les premiers objets ont déjà été imprimés et testés et nous sommes en train de tester le logiciel de découpe que nous utiliserons à l’avenir et les meilleurs réglages pour une belle impression.

Comme pour l’imprimante 3D Dremel, d’autres articles sur le sujet seront publiés sur le blog. Je pense actuellement à des reportages sur l’impression avec 2 filaments en même temps, éventuellement sur différents filaments (bois, hydrosoluble, etc.) et encore sur les logiciels correspondants qui doivent être utilisés pour créer et découper. Restez à l’écoute !

Leave a Reply